#endorphinsrising #skinlifting #sports

Endorphins Rising FAQ

http://rising.subcutis.net/faq/fr/

FR — v1.3 — MAJ 2016/06/28

Voici quelques réponses générales à des questions qui nous sont fréquemment posées. Si vos interrogations subsistent, n'hésitez pas à nous contacter, nous vous renseignerons avec plaisir !

Est-ce que la suspension fait mal ?

« Oui. Non. Un peu. Pas tant. Ça dépend… ». Il est difficile de répondre à cette question, car beaucoup de variables sont en jeu : la douleur varie d'une personne à l'autre, d'un moment à l'autre, d'une position à l'autre, et chacun·e y répond différemment.

Une certitude cependant : la douleur fait partie de l'expérience, mais elle n'est que passagère, et cède la place à quantité d'autres sensations. Le bien être ressenti est souvent tel qu'on en oublie tout désagrément. Beaucoup disent que le tatouage est plus douloureux.

Pourquoi pratiquer la suspension ?

En un mot, parce que c'est agréable !

Du reste, il y a autant de raisons que de participant·e·s : se mettre au défi, partager un moment de beauté, se sentir voler, explorer ses sens, réconcilier corps et esprit, dépasser ses peurs, développer sa spiritualité, s'évader sans se droguer, goûter à l'intensité, etc.

Pour découvrir plus avant notre vision de la pratique, nous vous invitons à lire les documents suivants : « #suspensionsmiles, de l'universel au singulier, et vice versa » (en français) et « a take on body suspension » (en anglais, avec images).

Je n'ai que peu (ou pas) de piercings et de tatouages, puis-je essayer ?

Tout à fait ! Nous suspendons régulièrement des individus qui n'arborent rien de tout cela, et certains apprécient précisemment le caractère éphémère de la suspension.

Pour des raisons historiques et pratiques, la suspension contemporaine reste liée à l'univers du piercing, du tatouage et de la modification corporelle, mais ce n'est en aucun cas un passage obligé.

La peau ne risque-t-elle pas de craquer ?

La peau est un organe impressionnant de solidité. Avec un bon placement anatomique, une technique de perçage adaptée, les "crochets" adéquats et répartis correctement selon le type de suspension réalisée, les risques de déchirures sont quasi inexistants.

Certaines positions (genoux, torse) sollicitent néanmoins une zone où la peau est plus fragile, et font donc l'objet d'une vigilence particulière de notre part. De plus, nous réalisons toutes les suspensions dites "inversées" (la tête dirigée vers le bas) avec un harnais de sécurité.

Pour mettre en perspective, sachez que nos collègues de l'équipe Sinner Team développent une forme de suspension très technique de type "free fall", les participant·e·s se jettant littéralement de falaises et autres bâtiments à des dizaines de mètres de hauteur, n'étant tenus que par quelques crochets, sans déchirures constatées pour autant, pour peu que leurs protocoles stricts soient respectés.

Y a-t-il des contraintes de poids ?

Dans la majorité des cas, non. L'ensemble des matériels utilisés permet de suspendre plusieurs personnes simultanément sans crainte, et nous pouvons suspendre des individus pesant jusqu'à 200 kilos sans soucis. Au delà, et selon les types de peau, certains ajustement peuvent être nécessaires, mais sachez que la suspension n'est absolumment pas réservée aux poids-plume !

Vais-je garder des cicatrices ou autres marques ?

Généralement oui. Celles-ci sont néanmoins minimes, et s'estompent toujours avec le temps. Certains endroits et certaines peaux marquent plus que d'autres, mais dans le pire des cas, nous parlons d'une forme arrondie de quelques milimètres tout au plus.

Si vous souhaitez garder des marques durables, il faut vous orienter vers la scarification, qui est une toute autre discipline.

Je ne veux pas me suspendre en public, puis-je le faire en "intimité" ?

Oui ! Nous organisons essentiellement des suspensions privées, car nous pensons qu'il s'agit de l'un des cadres les meilleurs pour se lancer, sans la pression du regard des autres. À noter qu'il nous faut être un minimum de trois pour vous encadrer, sans compter la présence éventuelle d'un·e photographe et/ou vidéaste si vous souhaitez que le moment soit documenté.

Par quel type de suspension dois-je commencer ?

Par celle qui vous inspire le plus ! Ceci étant dis, les suspensions de face (torse, ventre, etc.) sont souvent bien plus difficiles d'accès que les suspension de dos (par exemple), qui garantissent, entre autres choses, une grande mobilité, et c'est l'une des raisons pour lesquelles nombre de débutant·e·s choisissent la position dite "suicide" pour se familiariser avec l'expérience.

Nous avons cependant eu le plaisir d'accompagner des personnes dans leur première suspension par des positions de type "chest" ou "resurrection" qui les ont comblées ! Tout dépend de la personne, de ses aspirations, de son degré de préparation mentale, du cadre et de la confiance placée dans les personnes l'accompagnant, de sa capacité à s'abandonner à l'expérience.

Comment dois-je me préparer ?

Une bonne nuit de sommeil est suffisante. Nous demandons aux participant·e·s qu'illes s'abstiennent de consommer quelque stupéfiant que ce soit le jour de la suspension, et nous nous réservons le droit de refuser de suspendre quiconque est manifestement sous l'influence de drogues au moment de se lancer.

Nous vous interrogeons au préalable sur de possibles conditions ou antécédents pouvant nécessiter un avis médical. Les contraintes sont sensiblement les mêmes que pour le tatouage ou le piercing.

Comment se passe une suspension ?

Nous prenons le temps de répondre à vos questions, de nous mettre d'accord sur le projet et de définir une date. Les intéressé·e·s sont encouragé·e·s à venir avec une personne de leur choix, s'illes le souhaitent. Le jour dit, après avoir fait connaissance, nous récapitulons.

Nous vous guidons et accompagnons à travers toutes les étapes du processus : asepsie de la peau, perçage, pose des "crochets", laçage, amarrage, mise en condition, décollage, voyage en position statique, balançoire et/ou tourniquet au choix… puis redescente, retrait des crochets, nettoyage et soins.

Nous sommes très formels pour ce qui est de respect des protocoles de sécurité (réduction des risques de contamination croisée, calculs des charges, etc.), mais aussi très flexibles sur le déroulement de la suspension, qui dépendra de vos envies et des spontanéités en présence, qu'il est heureusement impossible de prévoir et résumer ;)

Combien de temps dure une suspension ?

La réponse est très variable. Certaines personnes restent moins d'une minute et vivent un moment intense et satisfaisant, d'autres restent suspendues plusieurs heures, qu'ils s'agisse de leur première ou de leur énième expérience.

Il n'y a pas de norme ou de moyenne, et une suspension n'est pas "ratée" si la personne ne reste en l'air que quelques secondes. Tout est fonction des objectifs, de la sensibilité, de la disponibilité à l'expérience de chacun·e.

Qu'en est-il des soins post-suspension ?

Il est préférable de disposer de quelques jours de repos par la suite, notamment si vos activités sont très physiques. Attendez-vous à quelques courbatures, comme après une pratique sportive intensive.

La cicatrisation est très rapide. Nous récapitulons cela avec vous dans tous les cas, et nous tenons à votre disposition les jours suivants si vous avez quelque question et/ou éprouvez le besoin de revenir sur l'expérience.

Qu'en est-il de l'hygiène ?

Nous mettons un point d'honneur à respecter et dépasser les préconisations en vigueur concernant les actes d'effraction cutanée. La peau est l'objet d'un processus rigoureux d'antisepsie puis d'asepsie, et tout objet étant en contact direct avec la peau perforée est préalablement stérilisé.

Tout ce qui peut l'être est à usage unique (aiguilles, corde de rigging, protections), à l'exception d'éléments du matériel qui ne doivent jamais entrer en contact avec la personne suspendue (poulies et systèmes d'amarrage notamment). En cas de doute, ceux-ci sont soigneusement décontaminés à base de solution OptIM et isolés, ou jetés quand ils ne peuvent faire l'objet d'un traîtement adapté.

Les lieux sont protégés par un bâchage au sol et sur les divans d'examens utilisés pour l'insertion et le retrait des crochets, lesquels peuvent être à usage unique, ou suivre un cycle de nettoyage rigoureux, par trempage dans une solution poly-enzymatique, décontamination par laveur automatique médical de type HydrIM puis stérilisation dans un autoclave de type StatIM.

Nous suivons un protocole strict pour éviter tout risque de contamination croisée, notamment par le port de masques et de gants dès que nous nous trouvons en présence de la peau lésée, changés aussi souvent que nécessaire. Par ailleurs, la fonction de plusieurs membres de l'équipe est de veiller à ce que tout éventuel écoulement de sang soit canalisé, afin de ne pas contaminer l'environnement.

Êtes-vous sadomasochistes ?

Nos pratiques ne s'inscrivent pas dans le champ de la sexualité ni de l'érotisme. La douleur, la mise en scene, le fantasme n'y occupent aucune place centrale. En revanche, tout comme le BDSM, nos pratiques sont contractuelles et consensuelles.

Certain·e·s des personnes qui nous sollicitent ont peut-être des pratiques de type BDSM dans le cadre de leur vie (intime), mais nous n'avons pas pour habitude de les interroger sur leurs orientations sexuelles.

Faites vous des spectacles ?

Nous avons à cœur de présenter la suspension comme une activité positive et accessible à tou·te·s, et privilégions l'organisation d'évènements en petit comités à la participation à des "shows", dont certains communiquent une image erronnée de notre réalité.

Ceci étant, nous discutons bien volontiers de tout projet, et sommes particulièrement attirés par les collaborations pluridisciplinaires avec d'autres artistes ou en d'autres lieux. Sous conditions, nous sommes en mesure de nous déplacer pour des performances intégrant musique improvisée, image et suspension.

Puis-je voir une suspension avant de me lancer ?

Pour assurer un confort maximal aux participant·e·s, nous n'autorisons généralement qu'un maximum de deux personnes à assister à nos séances. Nous comprenons fort bien le besoin de voir avant de s'y essayer, et maintenons une liste d'attente pour ceux et celles qui voudraient s'y exposer. Contactez-nous pour y être ajouté·e·s !

En outre, nous organisons ponctuellement des suspensions publiques permettant aux curieuses et curieux d'avoir une première approche de la pratique. Pour être tenu·e·s au courant de ces évènements, nous vous incitons à vous abonner à nos publications sur les réseaux sociaux pour ne pas rater ces occasions, sur FaceBook, Instagram ou encore Tumblr (@endorphinsrising).

Organisez-vous des suspensions en extérieur ?

Oui, nous organisons des suspensions en plein air dès lors que les conditions climatiques le permettent, dans un jardin privé combinant le plaisir d'un vol ensoleillé, entouré d'une végétation variée, et la proximité de toutes nos infrastructures.

Les sorties en "pleine nature" sont également possibles, sous réserve de lieux adaptés ou de possibilité d'installer une structure. Si vous connaissez de jolis coins que vous pensez susceptibles d'accueillir ces activités dans et autour de Dijon et son agglomération, écrivez-nous sans plus tarder !

Combien coûte une suspension ?

Nous demandons une participation aux frais logistiques et matériels. Le prix varie en fonction du nombre de participant·e·s, de la technicité de la prestation demandée, soit entre 150 et 300€ généralement.

L'argent récolté est intégralement ré-investi dans le collectif, qui réalise les suspensions de manière bénévole. Les fonds permettent le renouvellement des consommables et l'investissement dans de nouvelles structures, le défraiement des membres de l'équipe qui se déplacent parfois de loin, la participation aux évènements de la communauté suspension internationale pour parfaire nos techniques, aux formations hygiène et salubrité, premiers secours, etc.

J'ai vu plusieurs types de "crochets" sur Internet, pourquoi ?

La suspension est une discipline en perpétuelle évolution, et nos outils ont beaucoup changé depuis l'émergence de la pratique dans les années 90.

Au départ, des crochets conçus pour la chasse en pleine mer étaient détournés de leur usage pour la suspension, après avoir été préalablement polis et "débarbés". Ceux-ci ont toujours leur utilité en certaines circonstances, mais nous leur préférons généralement des "crochets" réalisés par des membres actifs de la communauté, soumis à des tests de charge afin de déterminer leur fiabilité, et aux designs divers selon le type de suspension souhaité : pour minimiser la tension exercée sur les extrémités, certains sont arrondis, d'autres sont plats. Dans la majorité des cas, ils intègrent un mécanisme de sécurité les empêchant de s'ouvrir en plein vol.

Si le sujet vous intéresse, nous disposons d'une large collection de "crochets" que nous nous ferons un plaisir de vous montrer, en ce qu'ils sont un bon support pour raconter l'histoire de la suspension contemporaine !

Mon perceur/tatoueur/"bodmodeur" veut bien me suspendre, avez-vous des crochets ?

Non, car la suspension ne s'improvise pas.

Nous constatons, hélas, que peu de gens prennent le sujet au sérieux, et que beaucoup s'improvisent praticiens sans chercher à acquérir les compétences techniques, le matériel adapté, les règles d'hygiène spécifiques, les connaissances anatomiques et plus généralement l'expérience de ceux et celles qui pratiquent et développent cette discipline depuis des années, et la considèrent comme une activité pleine et entière.

Nous comprenons évidemment le désir de vouloir vivre cette expérience en compagnie de personnes familières, et c'est la raison pour laquelle nous suggérons toujours aux gens que nous suspendons de venir avec des proches.

Pour autant, nous pensons — tout comme la communauté internationale au sein de laquelle nous nous inscrivons — qu'un réel encadrement est nécessaire. Notre équipe est affinitaire, mais est également ouverte, et à ce titre, acceuille volontiers les véritables passionné·e·s, qui voudraient participer à nos activités et apprendre pas à pas, sans s'improviser expert d'un jour comme nous le voyons tristement ça et là.

Organisez-vous des formations ?

Tout comme le tatouage ou le piercing, la pratique de la suspension nécessite un apprentissage sur la durée, mêlant théorie, pratique et confrontation à une grande diversité de situations. Nous n'organisons pas de "cours" qui donneraient l'illusion de maîtriser une discipline aux multiples facettes en quelques heures, mais n'hésitez pas à prendre contact si vous souhaitez intégrer notre groupe et apprendre de manière progressive et structurée.

J'ai essayé la suspension, mais ai eu une mauvaise expérience ; la suspension n'est-elle réservée qu'à certaines personnes ?

Non. Nous accueillons régulièrement des personnes ayant tenté l'expérience sans accompagnement correct, menées par une personne pas ou peu expérimentée. La suspension est un travail d'équipe, et nous vous recommendons de ne pas vous fier aux praticiens "solo" qui fleurissent ça et là sur l'Internet. Vous êtes parfaitement en droit d'exiger des personnes qui se proposent de vous suspendre qu'elles justifient de leur expérience et de leur formation, et nous vous invitons à prendre contact avec des personnes ayant été accompagnées par ces mêmes personnes ainsi qu'avec des collectifs reconnus afin de solliciter leurs avis.

Pouvez-vous vous déplacer pour organiser une suspension chez moi ?

Il n'est pas toujours facile de mobiliser une équipe de quatre à cinq personnes embarquant tout le matériel et d'avoir l'assurance d'une configuration répondant aux critères de sécurité nécessaires quand nous ne connaissons pas les lieux. Pour autant, rien n'est impossible : prenez contact afin que nous puissions déterminer ensemble la faisabilité du projet.

Nous sommes régulièrement sollicités pour participer à des évènements, et faisons de notre mieux pour diffuser la pratique de la suspension jusque dans des espaces inattendus (de l'École Nationale Supérieure d'Arts au Hellfest en passant par le festival de musiques expérimentales et bruitistes DIRECT). Par ailleurs, si vous connaissez des espaces ou occasions vous semblant approprié·e·s, n'hésitez pas à nous les communiquer !

J'habite loin, comment puis-je faire ?

La suspension est souvent un voyage, au sens propre comme au sens figuré ! Nous recevons des personnes de toute la France et des pays frontaliers, le faible nombre de groupes spécialisés obligeant souvent ceux et celles qui veulent pratiquer à faire des kilomètres, comme pour la plupart des prestations "rares", soit dit en passant !

Cependant, nous avons bien conscience qu'il n'est pas toujours facile de se déplacer ! Nous faisons donc notre possible pour mettre en relation les intéressé·e·s d'une même région afin de faciliter covoiturages, rencontres, hébergements économiques, etc. Nous pratiquons des tarifs dégressifs pour les petits groupes, afin de rendre plus facile d'accès la pratique pour plusieurs ami·e·s qui souhaiteraient mutualiser les frais et se lancer.

Enfin, nous renvoyons volontiers vers d'autres équipes d'expérience qui seraient plus proches de chez vous, comme Wings of Desire à Oslo, Superfly à Berlin, Body Extremes Suspension Team à Copenhague, State of Bliss à Londres, ou encore Mutant Squad en Italie, pour n'en citer que quelques unes.

Comment prendre contact ?

Par mail à rising AT subcutis DOT net, par Facebook sur facebook.com/endorphinsrising ou de visu, en passant au studio MU.

© corps étrangers 2015-2016 (licence)